COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate


Déficit lié au Sanctuaire de la Basilique
Sainte-Anne-de-Beaupré amorce des discussions avec les Rédemptoristes
 
Sainte-Anne-de-Beaupré, le 14 décembre 2011 – Au lendemain du dépôt d’un budget équilibré de justesse, le maire de Sainte-Anne-de Beaupré, M. Jean-Luc Fortin, annonce la mise sur pied d’un comité avec les Rédemptoristes afin de trouver une solution durable au manque à gagner récurrent de plus de 500 000 $ causé par la desserte de services municipaux au Sanctuaire de la Basilique.
 
Après de multiples représentations, un an après que le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire lui ait suggéré d’être « inventif » à défaut de compenser la municipalité, le maire de Sainte-Anne-de-Beaupré arrive avec une amorce de solution.
 
L’automne dernier, une rencontre avec le nouveau recteur avait permis de relancer les discussions en faveur de la mise sur pied d’une possible collaboration entre les deux parties, se traduisant aujourd’hui par la création d’un comité partenaire.
 
« Nous allons travailler de concert avec le Père Guy Desrochers afin d’établir les rôles et responsabilités de chacun. Nous évitons ainsi une saga judiciaire qui s’annonçait coûteuse pour les deux parties », précise M. Fortin.
 
La création du comité a été officiellement entérinée par une résolution du conseil municipal au cours des dernières semaines. Une première rencontre est prévue au début du mois de janvier.
 
« Après une analyse de la Loi avec les procureurs de la municipalité, nous avons constaté qu’il n’y a aucun moyen d’être créatif dans les paramètres actuels. Nous souhaitons toujours que le gouvernement nous verse un montant compensatoire à même les taxes qu’il prélève du tourisme religieux, mais c’est le silence radio », soutient M. Fortin.
 
La manne
Rappelons que le Sanctuaire de la Basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré est le plus important lieu de pèlerinage en Amérique du Nord. Chaque année, entre les mois d'avril et de septembre, 1,5 million de personnes s’y rendent. C’est le deuxième attrait le plus important de la grande région de Québec, après la Place Royale.
 
Traitement de l’eau, voirie, services de protection civile et incendie, tout est à la charge des citoyens de Sainte-Anne-de-Beaupré. À ce jour, aucune compensation récurrente n’est octroyée par les gouvernements provincial et fédéral, alors qu’ils prélèvent pourtant d’importantes sommes liées aux taxes sur la consommation déboursées par les pèlerins.
 
Déficit accumulé
Depuis 2009, la municipalité dépose des budgets équilibrés, mais ne peut dégager une marge de manœuvre pour parer aux imprévus. Résultat, Sainte-Anne-de-Beaupré continue d’accumuler un déficit d’année en année.
 
« La capacité de payer des citoyens a atteint un maximum par rapport à leur revenu. C’est injuste de leur demander un effort supplémentaire. Ils paient pour des services auxquels ils ont droit, mais qu’on ne peut leur offrir », clame le maire, qui travaille à mettre fin à ce déséquilibre.
 
-30-
 
Source : Ville de Sainte-Anne-de-Beaupré
 
Pour informations et entrevues :
Anne-Marie-A. Savoie
annemarie@fernandezcom.ca
Tél. : 418 704-1559, poste 228
Cell. : 418 934-7448
 
---
 
 

FAITS SAILLANTS

 
• Les frais entourant le sanctuaire (eau potable, traitement des eaux usées, infrastructures, sécurité incendie, etc.) sont presque totalement défrayés par les citoyens de SADB.
 
• Environ 15 % du budget de 4,7 M$ va à l'entretien du Sanctuaire, soit entre 500 000 $ et 600 000 $ par année. Tout le budget est ainsi affecté et SADB n'a aucune marge de manœuvre pour améliorer les services et faire face aux imprévus.
 
• Le 3 mai 2010, la municipalité de SADB a adopté une résolution demandant au MAMROT une aide financière compensatoire pour son déficit de 2009, en plus de trouver une solution récurrente pour pallier les coûts engendrés par la fréquentation accrue du Sanctuaire.
 
• Au mois de novembre 2010, des responsables du MAMROT ont demandé au maire d’être « inventif » et de trouver des solutions, par exemple en augmentant la taxe commerciale de 70 %. Le maire a refusé puisque de nombreux commerces sont déjà en difficulté.
 
• En 2007-2008, la ministre Nathalie Normandeau a remis à SADB une série de montants discrétionnaires et ponctuels pour la réfection des infrastructures et l'accession à des programmes, pour une somme totalisant près de 600 000 $.
 
Des chiffres
 
• Le Sanctuaire est le 2e attrait le plus visité de la Capitale-Nationale après Place Royale
 
• Les touristes proviennent d'une trentaine de pays
 
• Sainte-Anne-de-Beaupré est le plus important lieu de pèlerinage en Amérique du Nord. Plus d'un million de pèlerins s'y rendent chaque année (1,5 million de personnes, principalement entre les mois d'avril et de septembre).
 
• Selon l'Organisation mondiale du tourisme, 300 millions de touristes religieux génèrent des dépenses de 18 milliards de dollars, dont 60 % sont effectuées par des Nord-Américains.