COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate

 

allume.org
HÉ LES GARS, COMMENT ÇA VA?

 

Québec, le 6 février 2014 – Les drames familiaux survenus ces derniers jours, en plein cœur de la Semaine de prévention du suicide, mettent une fois de plus les projecteurs sur l’urgence de venir en aide aux hommes avant que tout ne bascule. Le site allume.org, le premier d’une série d’outils issus du programme Et moi? Comment ça va?, vise à joindre de façon simple et efficace les hommes de 35 à 49 ans en détresse, le groupe le plus touché par le suicide au Québec. 

 

« C’est normal d’avoir mal, d’avoir le blues et d’en ressentir les effets, mais ce n’est pas normal de ne pas en parler, lance Mme Lynda Poirier, directrice générale du Centre de prévention du suicide de Québec (CPSQ). Le site allume.org s’adresse directement aux hommes au profil plus classique, qui ne sont pas chauds à l’idée de demander de l’aide. »

 

Le site allume.org a été développé par le CPSQ, en collaboration avec l’équipe de masculinité de l’Université Laval et la firme de communication Egzcakt, par le biais du programme Et moi? Comment ça va?, soutenu par la Fondation du Centre de prévention du suicide et l’un de ses précieux donateurs, AstraZeneca. Ce programme vise à sensibiliser chaque individu, et plus particulièrement les hommes, aux indicateurs de sa propre santé psychologique.

 

« Ce sont encore les hommes âgés de 35 à 49 ans qui décèdent le plus par suicide. Nous souhaitons qu’un jour, les hommes concernés allument sur l’aide qui leur est offerte : proches, amis, collègues, intervenants du milieu communautaire, professionnels de la santé, etc. Le site allume.org est un excellent moyen de les toucher directement, sans intermédiaire. C’est une première étape », mentionne Mme Poirier.

 

UN SITE CLAIR ET PRÉCIS
Sans détour, avec ses photos de gars « ordinaires » et ses sigles rappelant le tableau de bord d’une voiture, allume.org met de l’avant quatre indicateurs percutants et de brèves définitions :

 

> Dérapage : énervé, colérique, perte de contrôle
> Anxiété : mélangé, stressé, écœuré, rien qui marche
> Dépression : épuisé, à bout de souffle, travaille trop
> Détresse et idées suicidaires : dépassé, pense à mourir, envie de tirer la plug

 

« L’accroche choisie ‘‘Laisse faire l’orgueil, il y a des limites à ce qu’un gars peut endurer’’ est en ligne droite avec la démarche, sans cliché, sans stigmatisation. En cliquant sur l’indicateur qui les concerne, les gars retrouveront des pistes de solutions, un questionnaire d’auto-évaluation et des ressources d’aide », précise Lynda Poirier.

 

« Nous croyons qu’un programme comme Et moi? Comment ça va? et le déploiement d’efforts pour rejoindre les hommes peut faire la différence, et éviter que les pères de famille, les travailleurs, les gars qu’on côtoie chaque jour prennent le mauvais chemin et commettent l’irréparable », estime M. Pierre Dolbec, président de la Fondation du CPSQ.

 

TROIS OFFENSIVES
Le programme sera déployé en trois grands axes : sensibilisation via les médias et la publicité, activités de sensibilisation et de prévention dans les milieux de travail plus traditionnels et activités de sensibilisation et de prévention dans les milieux de formation en santé et services sociaux.

 

À PROPOS DU CPSQ
Rappelons que le CPSQ est un organisme communautaire à but non lucratif qui offre des services professionnels et spécialisés afin de promouvoir la prévention et l’intervention auprès des personnes suicidaires, de leurs proches et des personnes endeuillées par suicide. De plus, le CPSQ donne de la formation adaptée aux besoins des personnes intéressées à en savoir davantage sur cette problématique.

 

À PROPOS DE LA FONDATION DU CPSQ
La fondation du CPSQ soutient quant à elle les services du Centre et parraine des programmes de prévention. Sa mission est d’amasser des sommes d’argent, soit par des dons, des activités de financement ou d’autres modes de collecte de fonds, et est basée sur les principes de la protection de la vie humaine, le respect de la dignité et de l’intégrité des personnes.

 

-30-

 

SOURCE :
Centre de prévention du suicide de Québec | www.cpsquebec.ca

 

POUR INFORMATION ET ENTREVUES :
Anne-Marie-A. Savoie | annemarie@fernandezcom.ca |
T 418 704-1559, poste 228 | C 418 934-7448

 

 

FAITS SAILLANTS

LE SUICIDE AU QUÉBEC

 

STATISTIQUES RÉGIONALES*
> Les plus récents chiffres font état 101 décès par suicide à Québec.
> La Capitale-Nationale se positionne au 8e rang sur 15 dans la province, avec un ratio de 15,7 suicides sur 100 000 personnes, comparativement à 14,1 suicides sur 100 000 personnes à travers le Québec.
> La très grande majorité des suicides enregistrés ont été commis par des hommes, et ce, peu importe le groupe d’âge.

 

STATISTIQUES NATIONALES
> Les dernières statistiques font état de 1089 décès par suicide au Québec.
> Dont 76 % ont été commis par des hommes (829), et 24 % par des femmes (258).
> Le suicide représente 3 % des causes de décès chez les hommes au Québec, contrairement à 0,09 % chez les femmes.

 

FACTEURS PRÉDISPOSANTS
> Antécédents judiciaires ou familiaux troubles
> Isolement social
> Problèmes psychiatriques

 

FACTEURS CONTRIBUANTS
> Consommation excessive d’alcool et de drogue
> Instabilité familiale

 

FACTEURS PRÉCIPITANTS
> Rupture amoureuse
> Mortalité d’un proche
> Changement ou perte d’emploi et d’argent

 

* Source : Bilan 2010 de la Direction régionale de la santé publique de la Capitale-Nationale paru en 2013.