COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate
 
BUDGET DU QUÉBEC 2014
LE QUÉBEC DOIT ÊTRE PIONNIER EN MATIÈRE D’ENTREPRENEURIAT NUMÉRIQUE
 
Québec, le 21 février 2014 - Au lendemain du dépôt du deuxième budget du gouvernement Marois, et dans un contexte d’élections générales de plus en plus éminentes, la Voix des Entrepreneurs en Technologies de l’Information de Québec (VETIQ) constate que le gouvernement n’a pas avancé de propositions concrètes pour favoriser le développement économique du Québec par le biais de l’entrepreneuriat, particulièrement dans le domaine du numérique.
 
À l’instar de ce que l’organisme Québec Numérique a avancé dans son communiqué prébudgétaire, la VETIQ rappelle que les technologies de l’information (TI) représentent l’un des seuls secteurs économiques où la productivité et l’innovation sont quasi illimitées, et ce, dans une société de plus en plus technologique.
 
Or, pour le moment, le gouvernement ne semble pas avoir de vision claire sur la façon d’assurer le développement de cette industrie de l’économie du savoir, maintes fois présentée comme garante d’un développement durable pour les générations à venir.
 
« La mise en place et le soutien d’une culture entrepreneuriale forte, surtout dans le domaine des TI, ne demande qu’une partie des investissements alloués aux secteurs de l’exploitation des ressources naturelles et permettrait d’assurer la prospérité du Québec », estime M. Pierre-Luc Lachance, directeur général de la VETIQ, un organisme représentant plus de 160 entrepreneurs en TI de la région de Québec.
 
« Être entrepreneur au Québec n’est pas toujours facile. Pourtant, le Québec, et particulièrement la région de la Capitale-Nationale, a tout le potentiel pour permettre le développement d’entreprises en TI à l’image des villes de Boulder, au Colorado, et plus près de nous, Boston, au Massachusetts », fait savoir M. Nicolas Roberge, président de la VETIQ.
 
La VETIQ souhaite que la classe politique, tous partis confondus, travaille de concert pour stimuler efficacement l’entrepreneuriat de l’industrie des TI. « Pour y arriver, nous avons besoin que le Québec se dote de mesures accélérant les possibilités de démarrage et de développement, ici comme à l’étranger », précise M. Roberge.
 
PLAN NUMÉRIQUE : LA VETIQ MET AU DÉFI TOUS LES PARTIS POLITIQUES
La VETIQ se réjouit néanmoins de certaines avancées en matière de numérique, notamment de la collaboration entre le gouvernement et les villes centres pour les données ouvertes, dévoilée le 19 février dernier.
 
« Nous constatons cependant que nous sommes loin de la mise sur pied d’un « plan numérique » qui soutiendrait concrètement la création et le développement d’entreprises en TI. Les programmes mis en place par le gouvernement n’atteignent pas nécessairement la cible », déplore M. Lachance
 
Pour la VETIQ, le développement économique du Québec repose sur l’économie du savoir et les PME du secteur des TI en sont l’un des principaux moteurs. « Au cours des prochaines semaines, nous interpellerons les principaux partis politiques afin qu’ils placent le développement de l’entrepreneuriat dans l’industrie du numérique au sein de leurs priorités électorales. Une fois la campagne lancée, il nous fera plaisir de les inviter à débattre du sujet devant la communauté d’affaires de Québec », propose M. Lachance.
 
À PROPOS DE LA VETIQ
La VETIQ est le réseau des entrepreneurs en technologies de l'information et des communications de la grande région de Québec. Fondée en 2004, elle représente quelque 160 membres, facilite le maillage et les partenariats et stimule la croissance des affaires.
 
-30-
 
SOURCE :
Voix des entrepreneurs en TI de Québec (VETIQ) | vetiq.org
 
POUR INFORMATION ET ENTREVUE :
Anne-Marie-A. Savoie | annemarie@fernandezcom.ca |
T 418 704-1559, poste 228 | C 418 934-7448