COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate


L'ACLDQ souhaite des objectifs clairs pour le développement des territoires

Québec, le 14 février 2012 -
L’Association des CLD du Québec (ALCDQ) partage les grandes orientations gouvernementales sur l’occupation et la vitalité des territoires, mais souhaite que des objectifs clairs et mesurables soient fixés, et que tous les acteurs soient mobilisés, afin que la loi-cadre devienne un véritable projet de société.

« Les milieux locaux et régionaux sont prêts à se lancer avec efficacité dans les défis qui leur sont présentés, mais ils ont besoin que le message et l’engagement de l’État soient à la hauteur de ce qui leur est demandé », précise M. Michel Adrien, vice-président de l'ACLDQ qui portera le mémoire de l’ACLDQ en commission parlementaire à 15 h aujourd’hui.
 
L’ACLDQ retient deux éléments fondamentaux de ce projet de loi-cadre : un accroissement de la concertation et de l’engagement au niveau territorial, en contrepartie de l’engagement de l’État à promouvoir une plus grande cohérence et efficacité dans son administration.
 
« L’approche proposée par le gouvernement se résume, dans les faits, à mieux faire ce que nous faisons déjà, à miser davantage sur le partenariat, la concertation et la collaboration, mais sans nouveaux moyens et sans aborder le dossier complexe de la décentralisation », prévient M. Adrien.
 
Dans son mémoire présenté aujourd’hui, l’ACLDQ y va de recommandations concrètes pour la réussite de ce grand projet :
 
» Que les 18 premiers mois de la mise en application de la loi-cadre et de la Stratégie de l’occupation des territoires servent à donner un nouvel élan à tout ce processus, en identifiant des moyens stimulants et de nouvelles avenues, de façon à circonscrire les véritables paramètres d’un projet de société.

»
Identifier les cibles concrètes à atteindre sur un horizon de 5 ans, notamment en matière d’aménagement, de démographie, d’économie, d’infrastructures communautaires, de services publics, de qualité de vie et de bien-être collectif avec réévaluation quinquennale des cibles.
 
» Produire des indicateurs et des outils de mesure s’adressant à la fois à l’État et aux milieux locaux et régionaux afin de leur permettre de mesurer les progrès accomplis.
 
» Donner des orientations claires pour assurer une cohérence et une intégration harmonieuse des différentes planifications territoriales.
 
» Clarifier et préciser les mécanismes par lesquels le ministre régional intervient à l’échelle locale, supralocale et régionale.
 
» Établir la différence entre une entente spécifique et un contrat de territoire, exposer les avantages du second, en baliser les limites et en préciser ses modalités et ses mécanismes d’arbitrage.
 
Les CLD au coeur de l'action
L'ACLDQ insiste sur l’importance de l’arrimage des planifications territoriales, que ce soit au niveau des schémas d’aménagement, des plans d’action des milieux dévitalisés, des pactes ruraux, du plan d’action local pour l’économie et l’emploi (PALÉE) et du plan stratégique quinquennal de la CRÉ, etc.
 
Sur le plan du développement économique des territoires, l’ACLDQ propose notamment l’idée que les territoires deviennent de producteurs d’énergie à petite échelle. « Plusieurs milieux locaux disposent indirectement d’un fort potentiel de développement énergétique sur lequel il faut miser», soutient Michel Adrien, plaidant pour une véritable politique de culture énergétique au Québec.
 
Par ailleurs, l’ACLDQ croit également à l’importance d’inclure le Plan Nord à la Stratégie pour assurer l’occupation et la vitalité des territoires et au projet de loi-cadre puisque, 72 % du territoire québécois est concerné.
 
Un modèle d’accompagnement
Rappelons que les CLD offrent l'ensemble des services de première ligne dont un entrepreneur peut avoir besoin pour démarrer une entreprise ou un projet, pour entreprendre une phase de croissance ou pour assurer sa relève. Ils sont présents sur tout le territoire québécois.
 
Les CLD :
 
» regroupent et coordonnent les services d'aide à l'entrepreneuriat sur leur territoire;
» élaborent des stratégies locales concrètes pour le développement économique de leur territoire;
» agissent à titre d'organismes consultatifs pour les centres locaux d'emploi (CLE) sur leur territoire.

Les CLD contribuent ainsi au développement local de leur région. Ils diversifient et enrichissent les activités économiques et sociales d’un territoire et de sa population, en mobilisant et en coordonnant l’ensemble des ressources et des énergies présentes sur ce territoire.
 
L'ACLDQ
Basée à Québec, l'ACLDQ regroupe les 120 CLD à travers tout le Québec. Elle a pour mission de représenter les intérêts de ses membres et de les accompagner dans leur mandat de développement économique.
 
 -30-
 
Source : Association des CLD du Québec (ACLDQ) | www.acldq.qc.ca
 
Pour information, entrevues et photos :
Anne-Marie-A. Savoie
annemarie@fernandezcom.ca
T. 418 704-1559, poste 228 | C. 418 934-7448
 
 ---
 

FAITS SAILLANTS

 
Les CLD en quelques chiffres
 
» Répondent en moyenne à 30 000 demandes d’entrepreneurs chaque année, dont 1 000 concernant le démarrage de nouvelles entreprises, en plus d’accompagner 4 000 personnes qui souhaitent devenir travailleur autonome.

»
Depuis 1998, les CLD ont permis de créer ou de maintenir plus de 180 000 emplois et plus de 24 000 entreprises. Chaque dollar investi par le réseau des CLD génère en moyenne 10 $ d’investissements locaux.
 
» Le réseau des CLD est soutenu par plus de 1 500 professionnels et plus de 1 500 administrateurs bénévoles, principalement issus des milieux d’affaires et municipaux qui sont engagés dans le développement économique de leur milieu.